Nicolas Tourte en 5 œuvres

La Montagne est un collectif bruxellois né dans la mouvance et la dynamique de LaVallée, le ‘creative spot’ de la SMart. Le projet part d’une envie simple : mettre en œuvre des événements artistiques qui soient des occasions d’expérimentations pour l’art contemporain à Bruxelles, et en assurer le commissariat. L’idée est de faire se rencontrer des artistes et des pratiques autour d’un thème commun. Pour cette première exposition, il s’agit du motif de la montagne. Ce premier événement rassemble le travail d’une dizaine d’artistes, du 1er au 17 juillet. A cette occasion, Alphabeta Magazine a choisi de mettre en lumière le travail de Nicolas Tourte à travers cinq œuvres, qui sont présentées à l’occasion de l’exposition collective à LaVallée. Artiste résolument contemporain, adepte du détournement tout en subtilité habile, Nicolas Tourte vit et travaille à Lille et est représenté par la galerie Laure Roynette à Paris.

écrit par

23 juin 2016

 

Les quatre fils Aymon, 2016ABM-NicolasTourte-1

Sculpture / Objet

Dimensions 200 / 85 / 100 cm

L’érosion affecte la matière. La matière est une table. La table est aussi bien la montagne. Mais la table se fait à loisir monture, elle devient le cheval-fée Bayard qui porte sur son dos les 4 fils Aymon, touchée elle aussi par la magie. Métamorphosée en objet totémique, la table peut se voir sous un autre angle, elle apparaîtra toujours traversée par un escalier. Le résultat : du relief sur une surface plane ; la modification du support en tant que sol, socle. Une table légendaire qui fait écho à la Chanson de geste issue du cycle carolingien racontant les exploits des 4 preux qui s’opposent à Charlemagne dont ils sont pourtant les vassaux. Une table géologique qui redessine les 4 pics rocheux du département des Ardennes dont est originaire l’artiste. Ils symbolisent, figés, les 4 frères sur le dos de Bayard. Le motif de la montagne est absorbé par la table en même temps qu’il en émerge. La question est de savoir si l’importance est dans le regard ou dans l’objet regardé (Gide).

 

 

Work in progress, 2010 (de la série « road signs »)

 

Projection vidéo en boucle

Le principe est d’une simplicité efficace, confinée à l’évidence. Deux panneaux de signalisation interagissent selon la théorie de l’effet papillon : un geste perpétré quelque part a une conséquence ailleurs. Les vues se superposent alors sur le mode d’un petit jeu scénique, comme une évocation possible de la montagne. Cette série a été élaborée au volant. Au fil des heures de route, comme une activité annexe à la conduite. Pour tronquer son ennui, l’artiste a observé les panneaux comme autant de scènes possibles d’un storyboard, se racontant des histoires qui sont en fait des sortes de saynètes, tout en subtilité, projetées en boucle. L’œil s’amuse pendant que le cerveau percute. Le sol et la pensée !

 

Paysage « va- et -vient « , 2016 

Vidéo en boucle 1080p

Un paysage tenu secret encore… Quel peut être ce « va- et -vient » … en boucle ?

Cette vidéo reprend l’un des thèmes de prédilection du travail de Nicolas Tourte : l’éternel recommencement. Ces cycles qui aliènent tout au temps, élément indispensable au bon fonctionnement de tout processus. Dans ce travail, la montagne se conçoit à l’échelle de la formation de la planète. Elle est aussi immuable qu’effaçable… On peut y voir une projection du mystère de la nature, du mystère de la création, la manipulation de la main de l’artiste qui redéfinit les contours, en somme. Ainsi la forme est inlassablement mouvante, un peu comme l’est la structure même de la montagne. Le rendu est surprenant, sorte d’artefact simulant le film. Mais dans ce mouvement de « va- et -vient » s’inscrit aussi des peurs mal quantifiables, celles de l’inconnu, de l’étranger qui fascinent parce qu’elles questionnent notre rapport au monde et donc la perception de manière générale.

 

Neige sédimentielle, 2016

Vidéo en boucle 1080p

(La vidéo n’est pas disponible en ligne, elle n’a pas encore été montrée)

Il arrive parfois que la vue se brouille, qu’on n’y voit plus la montagne. Neige ou brouillard, en tout cas vision troublée, voire impossible. Tout ce qui tombe se dépose, avant de se fondre ou se dissoudre. Cette vidéo montre la retombée de particules, comme de minces épaisseurs qui viennent se poser sur le sol, lui-même constitué de sédiments antérieurs. L’enjeu est en fait un rééquilibre sans cesse remis en question, des masses qui passent d’un état à un autre et qui toujours finissent pas retomber. Ces particules en suspension pourraient être des cendres, d’un terrible incendie brasier dont nos villes modernes ont le secret ou une éruption volcanique. Chacun y verra ce qu’il voudra, avec son expérience et sa sensibilité. Chacun saura en revanche que le point de départ de ce travail est encore une simple association d’idées, à partir d’un geste quotidien anodin. Comme l’action de mélanger pour dissoudre un sucre dans un liquide chaud, ici la saveur de la vidéo repose sur l’association de l’esthétique et du sens à travers d’improbables relations qui créées une surprise d’une belle simplicité.

 

Vues Stratigraphiques (2013-2016)

ABM-NicolasTourte-4 ABM-NicolasTourte-3

Technique : Série photomontages

1 tirage en 50 /40 cm décadré ou plein format basé sur 1m de haut

 

Il y a beaucoup de poésie, de matières, de couleurs et de voyages dans cette série élaborée au long cours. Ces photomontages proviennent d’un fond de photographies personnelles. Les pays traversés par l’artiste, paysages montagneux souvent, ont donné des clichés qui, une fois revisités, stratifiés, deviennent d’autres prises de vues. Ces paysages sont des décors, des cadres, la mise en abyme est superbe, le paysage décline son propre relief, la hauteur n’a pas d’importance, c’est la densité de l’image déployée qui fait force. La sédimentation, les strates, l’érosion, autant d’images qui sont aussi fortes que des pensées. Notre existence pourrait se compter en couches successives, d’expériences, d’émotions, de perceptions qui font la complexité et la particularité du goût de chacun. Ces photomontages en sont autant d’images, de réalisations possibles à travers le regard de celui qui sait que certaines choses se déposent en nous de manière définitive. Juste une pierre qui peut faire une montagne.

Crédits :

Nicolas Tourte ©AGAGP 2016

Les bons copains

ALPHABETA MAGAZINE

Chasse les tendances créatives et débusque les talents émergents.

On s'appelle?

Pour nous faire un petit coucou : coucou@alphabetamagazine.com

Le CLUB

De plus amples informations arrivent très bientôt, restez dans les environs !